T I E N S . V O I L À . D U . B O U D I N !*

(*ho! here comes some blood sausage! slow food... fast et autres recettes foodingues!)

10 septembre 2008

Gory Mash pédagogique pour bébés-gloutons

mash_betteraves_amandes

Aujourd'hui, je vais vous parler de mes seins.

Ouh-là! Je vous entend d'ici! Vous devez penser que c'est pour racoler sur mon blog. Et bien pas du tout; c'est une introduction à ma recette du jour.
D'ailleurs, qui penserait à mal en voyant la petite main potelée d'un bébé s'éveillant aux sens du goût, de l'odorat, de la vue, du toucher, et de l'ouïe (je lui met toujours du Mozart pendant les repas pour le rendre intelligent)? Pas moi.

Mais revenons huit mois en arrière...
J'étais sur un lit d'hôpital, et après des heures de travail intense sans péridurale (même pas mal), et surtout sans manger, je me retrouvais enfin aux côtés de mon bébé. Béate, pétrie d'amour à la vue de mon petit tout neuf, si serein, endormi dans sa baignoire en plexiglas, je me sentais malgré tout un peu seule et finit par m'endormir à mon tour.
Le réveil par la dame qui amenait le chariot du déjeûner à 11 heures 45 fut particulièrement cruel:
(ATTENTION: personnes sensibles, ce qui va suivre peut vous heurter, fermez les yeux et déroulez votre curseur jusqu'en bas de la page pour la recette)

tranche_de_canigou_et_son_accompagnement_de_frolic

Non, ça c'est juste mon plateau repas à l'hopital. Le moment d'épouvante ne vient qu'après, lisez plutôt:

Je ne pouvais plus bouger. Mon souffle était court et je me sentais étouffer avec la douloureuse impression d'avoir un âne mort sur la poitrine. Je tentais veinement de me relever, faire parvenir un filet d'air dans mes alvéoles pulmonaires asphyxiées, et c'est alors que je vis bouger une forme énorme sous le drap qui me recouvrait. Épouvantée, je repoussais le drap d'un geste brusque, découvrant du même coup l'effroyable spectacle. La femme au chariot détourna le regard avec horreur de l'objet de l'outrage dévoilé à sa vue: mes seins.
Enfin, pas les miens, d'autres; énormes, douloureux, compacts et... cubiques. Oui, tristement cubiques. Un peu comme les nouvelles bouteilles de gaz, en plus gros. Et mobiles. Un peu comme des petites voitures genre Smart, donc.
Fébrilement, je sonnais le système d'alarme (avec la main gauche -le bras droit, tout bleu, étant resté coincé sous un sein) pour appeler du secours. Une infirmière revêche arriva 25 minutes plus tard:
- C'est pourquoi?
Les larmes aux yeux, je balbutiai entre deux sanglots:
- A votre avis?
Elle jeta un regard sur la masse qui pressait sous mon menton et dit froidement:
- Montée de lait.
(...)
- (Ha.) M-mais... ils sont... VIVANTS!!!

Mes deux aliens étaient en effet mus par une désir de liberté. Pressés l'un contre l'autre, leur face interne s'était applanie (d'où l'aspect cubique) et ils aspiraient à présent à plus d'autonomie.

Le côté problématique de la situation ne s'est pas fait attendre, quand mon bébé se réveilla à son tour, torturé, lui, par une faim de loup. Je craignais qu'il ne prenne peur, s'étant endormi à côté d'une seule maman et se réveillant auprès de trois (illusion d'optique, mais les bébés, ça, ils savent pas). En fait non, il avait surtout faim. Donc une fois la technique trouvée pour tenir le bébé à bout de bras à peu près en face des seins, mon petit put boire. Ca s'est en fait passé très vite puisqu'à peine la bouche ouverte, un jet d'une puissance phénoménale vint lui kärcheriser le fond de la gorge, et ayant eu son content à raison d'un demi litre à la seconde, il s'est rendormi aussitôt. Moi non.

Celles qui me lisent et ont la grande joie d'être maman connaissent peut-être le sentiment post-partum d'avoir traversé les voies du TGV et s'être fait faucher par le Paris-Lille. Ca m'a semblé pire.
Les deux citernes de lait sont restées garées devant chez moi toute la durée de l'allaitement. Je n'ai jamais trouvé de soutien-gorge d'allaitement bonnet JJ. J'ai à un moment envisagé deux housses de couette sans armatures. Je devais les porter moi-même, dormir avec et essuyer les blagues grivoises du papa. J'ai dû reléguer au placard mon tire-lait mécanique pour investir dans une trayeuse éléctrique à 300 euros, accessoire qui m'a permis, les jours de grande souffrance, de tirer plusieurs litres (de quoi éponger d'un jet de mammelle les baisses des quotats laitiers européen).

Au départ, je comptais allaiter mon bébé comme un petit Inuit, jusque 5 ans- 5 ans et demi, mais quand il a eu 6 mois et a commencé à préférer les petites purées de légumes que je lui préparais, j'ai fait comme si de rien n'était. Et mes seins ont retrouvé une taille normale...

......................................................................................................................................................................................

Purée Rose des Bébés et des Mamans, Betterave Amande et Sarrasin

pour 2 ou 3 portions, à partir de 7 mois:

- 1 betterave crue bio
- 1 carotte bio
- 1 pomme bio
- 2 C. à S. de boulgour de sarrasin*
- 1 C. à S. de purée d'amandes blanches**

Laver, éplucher et couper les légumes et la pomme en dés, puis les faire cuire au cuit vapeur.
Pendant ce temps, cuire le boulgour à feu doux dans deux fois son volume d'eau pendant 10 à 15 minutes et laisser gonfler 5 minutes hors du feu.
Écraser les légumes à la fourchettes et ajouter le boulgour (on peut aussi le servir à part), ou mixer le tout pour une texture fine.
Ajouter la purée d'amandes et mélanger.

Note:
**certains recommandent de ne pas donner de purée d'oléagineux aux bébés avant 1 an, en particulier si l'un des parents a un terrain allergique. Si vous ne souhaitez pas mettre la purée d'amandes, vous pouvez remplacer par une cuiller d'huile vierge de tournesol bio.
* Le boulgour de sarrasin se trouve dans les magasins bio.

(tiens, voilà du boudin! slow food... fast et autres recettes foodingues)

Posté par le boudin à 20:09 - Baby Food - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Commentaires

    Je découvre ton blog...En plus de recettes appétissantes je découvre des posts à mourir de rire...

    Posté par Pouffi, 23 décembre 2008 à 22:35
  • ça c'est du vécu!

    Oh la la, j'ai bien ri!!! Je n'aurais pas pu rêver meilleure description de ce que j'ai pu, moi aussi, vivre pendant quelques jours: l'affreeeeeuuuuuse montée de lait!

    J'envoie illico un email à mon homme avec ce lien, en espérant qu'il comprenne un peu mieux par où je suis passée...

    Merci pour cet humour!

    Posté par Susanita, 17 août 2009 à 15:52

Poster un commentaire