T I E N S . V O I L À . D U . B O U D I N !*

(*ho! here comes some blood sausage! slow food... fast et autres recettes foodingues!)

30 avril 2009

ze photo-shoot - épisode 1: la recette secrète de top-model

1

Chose promise, chose dûe; aujourd'hui, je vous dévoile mon expérience inoubliable de top-model. De l'ascension à la gloire, sous vos applaudissements.
Car oui, dans ma vie (qui doit sans doute vous paraître bien extraordinaire à vous, simple anonymes, héros ordinaires d'un quotidien monotone) il m'a été donné de vivre mille choses complètement folles, comme faire du pâté de foie, aller à Disneyland, accoucher sans péridurale, ou encore poser en pyjama acrylique mauve élastiqué à la taille et aux chevilles pour un magazine national.
Voici donc toute l'histoire, telle que je l'ai narrée à une de mes amies.
Après, pour vous remettre les pieds sur terre (car vous garderez pendant quelque temps la tête dans les étoiles), vous aurez une recette d'authentique riz au lait de mémé.

Chère P.

Voici qu'il m'arrive une chose bien épouvantable et qui force sans doute à la compassion.
On m'a demandé il y a quelques jours de poser pour un magazine, l'un des thèmes abordés étant: "stylish pregnancy".
Sans doute surprise et un peu flattée, j'ai tenté de refuser mollement en balbutiant que je n'étais vraiment pas photogénique, mais le sens de persuasion de la fille était tel que je ne pouvais refuser poliment (il faudra que je relise ce bouquin "le pouvoir de dire NON"). Mon absence de refus ayant été interprété comme un accord, la fille m'a rappelée plus tard pour me dire que le studio avait été booké pour mercredi (demain). Entre temps, j'avais mis au point une stratégie pour invoquer l'impossibilité de ma part de m'y rendre, mais la fille est hystérique, elle parle vite avec un accent australien à couper au couteau et je n'ai pas eu le temps de placer mon excuse. A la place j'ai dû marmonner un maladroit "ok" juste avant qu'elle ne raccroche... (il faudra que je pense à relire "Affirmez-vous!").
Après son coup de fil, je tentais de relativiser: "tu auras l'air con, certes, mais dans un obscur magazine pour femmes enceintes, de publication locale et réservée aux seules autochtones. On te demandera de poser en burqa, personne n'en saura donc rien, ce sera une expérience pénible certainement, mais pourquoi pas intéressante..."

J'ai renvoyé un e-mail pour savoir où je devais me rendre... Il s'agit des studios de XXXX News. J'ai donc demandé un peu plus de précisions, et il semblerait que je m'apprête à faire la couv du supplément week-end du journal n°1 de tout la région, plus 4 ou 5 pages intérieures. J'en suis malade de trouille. C'est horrible. Je reste pétrifiée, perdue et seule face à mes questions:
D'abord, comment cette dingue de kangourouphage a-t-elle pu penser à moi, ma vue basse, mon air con et ma cellulite sur les cuisses? Comment peut-on associer le mot "STYLISH" et la photo d'une fille avec les seins de Samanta Fox et 7 fois son tour de taille???
Comment l'éducation de mes parents a-t-elle pu réduire à néant ma confiance en moi au point qu'il ne soit pas possible de refuser un truc aussi énorme qui va me poursuivre le restant de mes jours, et même probablement après? (j'entends déjà les ricanements dans mon dos... devrais-je me couper les cheveux, me teindre en blonde platine, changer de ville et de nom?) Et surtout, comment leur faire payer?
Que vais-je faire face à l'objectif d'un type qui va me demander de prendre un air romantique, ou pire, de toucher mon ventre avec un regard attendri?
Comment ma peau va réagir dans ces vêtements de grossesse mal-ajustés en polyester hautement inflammable et allergène? Ca va me faire des plaques. Et puis ils vont me maquiller avec du crayon à lèvres, du fard à paupières mauve, et de grosses bouclettes de Barbie... Oh mon Dieu.
Meurt-on VRAIMENT de honte, ou n'est-ce qu'une expression? Quels sont les risques pour moi de faire un arrêt cardiaque des suites d'un sentiment d'humiliation suprême? Devrais-je dire adieu à mes enfants demain ou aurais-je le courage de me casser une jambe avant pour éviter l'affront???
Arghhh! Toutes ces questions sans réponse! Je suis déjà à l'agonie.

Je tente de me rassurer, en me disant que je me fais des idées, que personne ne lit XXXX News, et que de toute façon, au moment de l'impression, il y aura peut-être un incendie dans l'imprimerie. Sinon je peux toujours acheter tous les numéros. Ou elle va m'appeler pour me dire qu'il y a grève des photographes demain.
Dans le pire des cas, je parviendrais, d'ici la publication, à prétendre à un relatif sens de l'humour me concernant et à jouer de l'auto-dérision:

"Mwahaha! Je me suis beaucoup amusée, c'était si drôle de prendre cet air niais! Mwahaha! Il faut dire que la tenue vestimentaire que je portais m'y invitait vraiment, j'étais tout à fait imprégnée du personage de la femme enceinte un peu pataude et drôlatique, n'est-ce pas! Mais, il faut bien l'avouer, je le faisais avant tout pour rendre service à une Grannnnde Amie. Hahaha! Merveilleux! Et puis tout cela ne serait rien sans l'extraordinaire travail accompli par les photographes, vraiment tout le mérite leur revient...Mwahaha! quelle expérience formidaaaable! Formidaaaable!"

Comme ça c'est bien, non?

Je t'embrasse,

Le Boudin

Vous connaîtrez la suite bientôt. En attendant, un secret de top-model enfin dévoilé: Que mangent les tops en backstage? Du riz au lait de mémé, bien-sûr!

...................................................................................................................................................

Riz Au Lait de Mémé au Citron Amalfi

Pour 4 personnes

- 125 g de riz Carnoli (ou arborio, ou encore riz rond blanc)
- 375 g d'eau
- 1/2 c. à c. de sel
- 1 litre de lait entier biologique
- 100 g de sucre roux
- 1 citron d'amalfi ou citron jaune bio.

Le riz Carnoli est un riz rond italien qui se prête aussi bien à la préparation des risottos légers qu'à ce riz au lait.
Il faut le trier pour enlever des impuretés éventuelles, mais surtout ne pas le rincer; il perdrait son amidon qui apporte crémeux et onctuosité.
Le citron amalfi est une autre spécialité italienne. C'est un citron jaune délicieusement parfumé. On peut le remplacer par n'importe quel citron jaune pourvu qu'il soit bio.

Verser le riz dans une marmite avec l'eau et le sel et porter à ébullition.
Quand toute l'eau est absorbée, verser le lait et le sucre.
Laver bien le citron et en prélever le zeste en ruban. Ajouter au riz et laisser frémir à feu doux pendant 30 minutes environ.
Il faut prendre soin de remuer de temps en temps à l'aide d'une spatule en bois pour que le fond n'attache pas.
Si en fin de cuisson, la préparation n'est pas assez crémeuse, augmenter légèrement le feu pour laisser le lait s'évaporer un peu pendant quelques minutes. De même, si elle est trop épaisse, on peut rajouter un peu de lait.
Servir froid.

Posté par le boudin à 12:28 - desserts et entremets - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Mais te revoilà... j'étais restée sur le "dézingueur liquide", je vois que tu en avais vraiment besoin. Je suis contente de te retrouver avec ton humour intact! Bienvenue au club des mères de 3 garçons! et à bientôt de te relire en se tapant sur le ventre de rire (moi je peux).

    Posté par Dominique, 14 mai 2009 à 23:34
  • ouf !!

    vous revoilà ! de blogs en blogs je suis arrivée sur votre blog il y a quelques mois, du rire et des recettes, le tout saupoudré d'une pincée d'étoiles roses : tout ce que j'aime.
    J'avais vite ajouté voilà du boudin à mes favoris (mes 3 garçons adorent la chanson) et guettais de temps en temps votre retour. J'attends avec impatience la suite des aventures top' modelesques.

    Posté par 3cath5, 18 mai 2009 à 15:41
  • Fantastique! Le suspens est insoutenable, mais on attendra encore 6 mois s'il le faut !

    Posté par Camille, 23 mai 2009 à 15:07

Poster un commentaire