T I E N S . V O I L À . D U . B O U D I N !*

(*ho! here comes some blood sausage! slow food... fast et autres recettes foodingues!)

26 mai 2009

ze photo-shoot - épisode 2: "Tu serais pas mannequin pour le pâté Olida par hasard?"

1

Bien-sûr, vous mourrez de connaître la suite de ma fabuleuse expérience dans le milieu über-glam de la mode et du mannequinat, et naturellement, je ne saurais vous décevoir. Rappelons que dans l'épisode précédent (celui du riz au lait de mémé), je m'apprêtais à poser, telle Demi Moore, enceinte, pour un grand magazine. Allais-je sauter le pas, et connaître gloire et célébrité? N'allais-je décider ce matin là que je ne me lèverai pas pour moins de 100 000 dollars, ratant ainsi mon entrée dans le monde de la mode? Quel suspense intenable!

Mais avant tout, je souhaite vous confier une petite recette de pâté sim-pli-ssime! Nous autres, top-models, raffolons de ce genre de plaisirs faciles à emporter backstage, à grignoter sur le pouce entre deux make-up sessions et deux cornichons, et naturellement légers pour la ligne.
La photo, j'en conviens n'est pas très alléchante; je l'ai faite à la va-vite avec mon i-phone, d'où le manque de netteté.
Mais je dois l'avouer, si ce pâté est d'une simplicité qui dérouterait, disons... Carla Bruni Claudia Shiffer, il n'en reste pas moins une arme redoutable pour humilier votre belle-mère, tellement qu'il est délicieux, tellement qu'il fond dans la bouche, tellement que son pâté à elle il est un peu sec. Essayez-le, it's easy as pâté.
.................................................................................................................................................

Pâté Succulent

Pour une belle terrine en terre cuite marron:

  • 500g de foies de volaille
  • 500g de chair à saucisses de porc bio
  • 3 gousses d'ail
  • 1 poignée de persil
  • 10 cL de porto ou cognac (ou d'un melange des deux)
  • 5 cL de vinaigre
  • 2 c. à café de sel
  • 1 c. à café des épices suivantes:sucre, thym, romarin, cannelle et coriandre
  • 1 pointe des épices suivantes: muscade, clou de girofle moulu, poivre
  • un sachet de gélatine

Préchauffer le four à 210 C.

Mettre le persil lavé, les gousses d'ail pelées, les épices et le sel dans le bol du mixeur. Mixer finement puis ajouter les foies de volaille lavés et séchés sur du papier absorbant pour les mixer grossierement.

Verser la préparation dans un bol et mélanger à la fourchette avec la chair à saucisses.

Dans une casserole, faire chauffer doucement les liquides et y verser un sachet de gelée en poudre en prenant soin de faire fondre les cristaux. Laisser tiédir avant d'incorporer au mélange foies- chair à saucisses, puis verser la préparation dans une terrine (avec couvercle) ou des bocaux.

Enfourner: 1 heure pour une terrine; de 30 à 45 minutes pour deux moyennes, de 2 à 3 heures à 105 oC pour des bocaux stérilisables (selon leur taille). On peut vérifier la cuisson en enfoncant un pic ou une brochette; si un jus rosé sort, il faut prolonger la cuisson. Quand le pâté est cuit, éteindre le four et le laisser refroidir dans le four, puis mettre au réfrigérateur une nuit.

NB: La qualité de la viande doit etre irreprochable et c'est ce qui fera la difference. La viande médiocre provient d'animaux gavés aux hormones (entre autres) pour leur faire prendre du poids par retention d'eau. Cette eau sera rejetée a la cuisson et le pâté baignera dedans. Choisissez toujours une viande biologique de qualité si vous souhaitez realiser un bon pâté...

Bon, et la suite de l'histoire, la voici, toujours telle que je l'ai contée à mon amie P.

Ma bien chère P.,

Je t'avoue que j'ai fait un grand pas aujourd'hui; je pensais finir cette journée anéantie par le sentiment étouffant de ridicule; il n'en est rien. Tous mes standards de degré d'acceptabilité de honte avant la mort subite ayant été pulvérisés avant même que ne soit prise la première photo, je sors donc de cette épreuve choquée certes mais presque blasée. Je ne sais pas si je pourrais me sentir encore ridicule après ça, dusse-je me promener les fesses nues avec mon pantalon sur la tête en faisant mes courses chez carrefour.
Comment dire...
J'avais envisagé plusieurs styles d'ignominies possibles... ils m'ont TOUS été infligés. A chaque essayage. Pendant 12 heures.

D'abord, période de crise oblige, la styliste a laissé de côté Lanvin et Balenciaga (tant pis pour ma carrière de top International, je me contenterai d'une carrière aux 3 Chuiches). Donc elle a surtout gardé H&M, Mango et Promod.
Mais particulièrement ce que je n'aurai pas choisi d'emblée (Se référer aux pages "Top Prix" du catalogue des 3 Chuiches). Beaucoup d'acrylic, donc (je craignais un peu la combustion spontanée à chaque crépitement de flash), et beaucoup de couleurs pas évidentes à porter (prune, vert bouteille, bleu franc) surtout si on ne fait pas partie d'une équipe de foot, comme c'est mon cas.
La styliste, toujours elle, avait décidé de ne pas étendre son choix au rayon femme enceinte, mais a privilégié les grandes tailles des modèles classiques (pages "Top Prix" des 3 Chuiches, sélection Ginette Rouquier pour La Mode en Grand -du 46 au 54).
Le problème des grandes tailles c'est qu'elles sont souvent mal ajustées ("Top Prix" sélection Ginette Rouquier pour La Mode en Grand -du 46 au 54- OFFRE SPECIALE! LIQUIDATION DES STOCKS).

C'est là que le coiffeur entre en action. Côté coiffure; crêpage à l'arrière et en haut du crâne pour donner du volume, et plaquage de mèches sur les tempes (Pour ma carrière 3 Chuiches, on peut passer aux pages collants et bas, directement dans la section chaussettes de contention couleur chair).
Avec ce qu'il a utilisé comme laque, si j'avais eu un espoir d'échapper au cancer du poumon, bon ben ça déjà c'est mort, mais en plus, je cumule avec une empreinte carbone à peu près équivalente à 1500 têtes de bétail aérophage pendant 7 ans. Mais surtout, s'il avait eu l'intention de me faire le visage plus long qu'il n'est déjà, il aurait fallu me greffer le menton des deux frères Bogdanov et le front du type de Roswell.
A ce stade, je n'imaginais pas que le pire était à venir. Car le mec cumulait deux tares: il était coiffeur ET maquilleur. Et là les mots me manquent. J'étais enlaidie de façon absolument saugrenue.
Sur le fond, il a appliqué une couche épaisse de crème beige qu'il a renforcée avec une importante quantité de poudre pour empêcher les coulures et donner cet aspect craquelé caractéristique de la boue séchée. Pour définir les traits autant donc y aller franco: crayon à lèvres foncé et rouge à lèvres marron. Subtile.
Jusque là c'était d'une vilenie repoussante. Mais quand il a fait les yeux, j'ai eu du mal à contenir les quelques spasmes d'épouvante qui ont traversé mon corps. Bien-sûr, au vu de ce qui avait été fait auparavant, je n'imaginais pas échapper au look de porn-star des années 80. Et bien-sûr, il n'a rien fait pour se retenir. Sauf que... il aurait pu s'en tenir là. Mais non content d'avoir fait les paupières et les sourcils de façon asymétrique, il a savamment négligé l'intérieur des yeux, donnant à mon regard l'illusion d'un fort strabisme convergent.

- Is it normal? Je demande.
- Yes, because your face is so narrow, your eyes look too close (au passage, prends ça dans les dents). Now it is better.

Ha! Donc avant c'était pire...Heureusement que j'ai trouvé un mari qui veuille bien de moi.
Pour visualiser, tu peux penser à un croisement entre Ma Dalton et Kimera... qui louche

Une fois les préparatifs terminés, je dois me mettre devant l'écran blanc et "surtout être naturelle". Visiblement mon air pataud ne fait pas assez naturel pour le photographe: "OK, move! Smile!"
A ce moment, j'étais tellement boulversée que mes jambes flageolaient et que mes oreilles se bouchaient régulièrement. Je m'imaginais tellement repoussante que je croyais qu'en souriant je ne pourrais que dévoiler un gros bout de salade collé sur les deux incisives ou me casser la gueule en essayant de mettre mon pied un peu de côté.
Et puis là le photographe dit entre agacement profond et désespoir:
- OK, now look at the camera...
Et comme je m'execute:
-OK, well, no... Look down.

12 heures durant.

15 tenues. 10 coiffures. 12 maquillages. 7 pages de magazine. Des centaines de photos prises. 100 000 exemplaires de ma tronche.

Mais aussi du rouge à lèvres fushia. Des robes qui ne ferment pas. Des bijoux en plastique. Du rose nacré. Une combinaison élastiquée à la taille et aux chevilles 50% polyamide 50% viscose couleur prune. Des boucles laquées et figées. Un serre-tête. Du mauve à paupières. Un tailleur-pantalon à épaulettes. Un "legging" qui poche aux fesses. Mes bras gourds qui se balancent gauchement dans une ultime tentative de mouvement. Ce qui me restait d'estime de moi qui s'effrite avec mon fond de teint. L'impression que plus jamais rien ne pourra m'atteindre.

Je t'embrasse,

Le Boudin

Posté par le boudin à 07:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

    MDR

    Là tu en as trop dit, on veut les photos! Cmme on dit chez moi, tu devais être maquillée "comme une voiture volée", mais sur les photos, ça donne quoi? Quand on regarde de près cetaines photos de magazines, ils n'y vont pas de main morte sur le maquillage (en même temps les filles sont prépubères)! et on ne voit pas toujours les fermetures qui ne montent pas jusqu'en haut et les épingles dans le dos quand la coupe du modèle laisse à désirer... J'ai passé un bon moment en te lisant! A bientôt...

    Posté par Dominique, 26 mai 2009 à 19:53
  • @ Dominique:
    JAMAIS.

    Posté par le boudin, 26 mai 2009 à 21:05
  • Je dois bien avouer avoir pouffé de rire en lisant ta prose !

    Posté par vanessa, 27 avril 2011 à 19:17

Poster un commentaire